[archives] Les Tests Sosh : Mobiles

Dernier jour de cette session Galaxy S7 edge : le Samsung Gear VR

Samsung Galaxy S7 edge
[archives] Les Tests Sosh : Mobiles

Dernier jour de cette session Galaxy S7 edge : le Samsung Gear VR

Samsung Galaxy S7 edge

Pour ce dernier jour de test consacré au Samsung Galaxy S7 edge, nos testeurs vont s'intéresser au Gear VR, ce casque de réalité virtuel développé en partenariat avec Oculus.

 

Couplé aux performances du Galaxy S7 edge, le Samsung Gear VR permet une immersion bluffante dans un monde virtuel :smileysurprised:

 

Alors, accessoire indispensable ou simple gadget ?

 

Design, confort d'utilisation, contenu, expérience... nos experts maison vous disent tout sur ce casque !

 

Nos testeurs profiteront aussi de ce dernier test pour attribuer une note globale au Galaxy S7 edge !

3 Commentaires

Dernier sujet de la semaine avant la conclusion, le Gear VR.

 

Cet accessoire, vendu environ 100€, permet de transformer son smartphone Samsung de la gamme S6 ou S7 (dont le S7 edge qui nous intéresse) en casque de réalité virtuelle. Ainsi, le S7 Edge vient se clipser à l'avant du casque, relié électroniquement au casque via le connecteur micro USB. On comprend ainsi pourquoi Samsung a préféré différer l'utilisation de l'USB type C afin de conserver cette compatibilité.

 

IMG_9788.jpg

 

Tout d'abord, précisions-le, le port de lunettes est fortement découragé (le manuel recommande l'usage de lentilles de contact à ceux qui ont besoin d'une correction oculaire). On dispose sur le dessus d'une molette de réglage de la netteté. Bien qu'ayant une assez faible correction, j'ai été obligé de la tourner pratiquement jusqu'au bout...

 

Par ailleurs, il faut aussi utiliser ses écouteurs connectés au mobile. A éviter, à cause de la sangle qui maintient le casque en place : les casques circumauraux et les intras dont le câble passe au dessus des oreilles.

 

A la première mise en service, l'usager est invité à créer un compte Oculus (obligatoire) et à installer les applications nécessaires et notamment un accès à une boutique dédiée (hors playstore) d'applications et de jeux, dont le prix peut aller jusqu'à 10€. Le parcours de la boutique via le casque est peu pratique car ne permettant aucune recherche par critère. Une application Oculus, accessible sans le Gear VR, est plus pratique pour faire son choix. Attention aussi, certaines applications nécessitent l'usage d'une manette supplémentaire, que l'on peut acheter séparément. J'ai aussi remarqué que l'usage du GearVR désactive la fonction AlwaysOn.

 

Concernant l'impression globale, on se rend compte que malgré la définition WQHD de l'écran, il faut s'attendre à voir une image peu définie et où les sous-pixels sont bien visibles. J'ai réussi à prendre en photo un aperçu du rendu que l'on y voit. Ce n'est pas spécialement grossi, on voit vraiment aussi bien que ça la grille de sous-pixels et les franges colorées sont aussi de la partie dès qu'on détourne son regard du centre :

 

IMG_9789.jpg

 

Le tracking des mouvements est de bonne qualité, sans latence perceptible ni saccades. Je n'ai jamais eu d'impression de malaise en le portant. Par contre, certains de mes collègues à qui je l'ai fait essayer ont eu plus de mal, notamment juste après l'avoir retiré.

 

Cependant, j'ai tout de même remarqué que sur les différentes démos que j'ai pu essayer (je n'ai pas acheté de jeu ou d'application, vu que je rends le tout à la fin du test TesteurSosh), il n'y avait pas de tracking sonore.

 

Par exemple, dans la démo Oculus Vidéo U2, on est entouré des 4 membres du groupe U2 mais le son est en stéréo ordinaire (de qualité médiocre en plus) et ne change pas quand on s'oriente pour regarder un membre en particulier. De même, dans Allegiant VR, on suit une scène en image de synthèse mettant en scène les personnages du film Divergente 3. Ainsi, un personnage en face de soi et légèrement à gauche sera entendu franchement à gauche quelque soit la position de la tête.

 

Je ne détaillerais pas toutes les démos que j'ai parcouru, beaucoup ne m'ayant pas laissé de souvenir inoubliable.

 

Une m'a particulièrement plu : Dans "Strangers with Patrick Watson", on suit le chanteur et pianiste canadien jouer un de ses morceaux devant soi. Cela dit, j'ai plus été charmé par l'ambiance sonore (bien que ne réagissant pas aux mouvements de la tête) que par l'image. En effet, à part le musicien et son piano, il ne se passe pas grand chose dans le reste du studio que l'on aperçoit autour de soi et qui est jonché de matériel divers...

 

En conclusion pour moi, le Gear VR est un gadget sympatique mais que l'on rangera vite au placard... On notera aussi qu'il est incompatible avec les applications Google cardboard ou tout autre application du playstore, sauf à aller désactiver le service système "Gear VR service". En effet, le branchement du casque l'amène à rentrer dans un mode particulier où seule la boutique Oculus est accessible.

 

La VR est pour moi un sujet à la mode cette année mais qui finira par se tasser, comme, en leurs temps, la 3D, les montres connectées, les applications santé, etc...

 

 

Passons maintenant à la conclusion, avec un résumé des points forts et points faibles que j'ai relevé sur cet S7 Edge :

 

Points forts :

- design premium, très esthétique

- écran 5.5", techniquement parfait, avec un réglage "basique" calibré S-RGB

- capteur d'empreinte fiable (mais qui pourrait être en creux)

- 32 Go de capacité interne, extensible par MicroSD

- étanche IP68

- Android Marshmallow installé de base

- Touchwiz agréable à utiliser

- Affichage Always On (mais informations limitées)

- Menu spécial jeux (mais bug de gestion des couleurs)

- appareil photo de très bonne qualité, grande ouverture f/1.7 et AF très rapide ; prêt à photographier en quelques secondes

- Processeur Exynos 8890, très rapide à l'usage, couplé à 4 Go de RAM

- LTE-A Catégorie 9, Wifi 802.11ac

- autonomie correcte (mais qui ne dépasse pas franchement la journée)

- charge filaire rapide, charge sans fil rapide

- sortie casque de bonne qualité 

 

Points faibles :

- pas de réelle rupture avec la génération précédente (de la même manière, en tout cas, que le S6 cassait complètement avec le S5)

- ne tient pas fermement en main du fait des bords trop fins et des matières glissantes (sauf quand on a les mains moites)

- plusieurs bugs de jeunesse, dont certains sont gênants (micro-redémarrages, couleurs en mode jeu...)

- réparabilité douteuse, le SAV aura le plus grand mal à échanger un composant interne

- smartswitch ne fait qu'une sauvegarde / restauration partielle ; il faut compléter avec d'autres applications et actions manuelles

- politique de mise à jour de Samsung (il ne faut pas être pressé)

- manque de transparence sur les rares mises à jour mineures déployées (on ne sait pas leur contenu)

- agrégateur de news toujours inutile, à désactiver

- thèmes trop kitch

- intérêt relatif des bandeaux Edge (pour moi)

- stabilisation en vidéo (mais je n'ai pas beaucoup d'expérience en la matière)

- batterie non amovible (nécessité de faire obligatoirement appel au SAV pour la changer)

- haut parleur médiocre

- l'accent mis sur la VR qui, à mon sens, est une mode passagère

- prix

 

Cette énumération de points négatifs peut sembler sévère, mais comme je le dis souvent, si le produit parfait existait, ça se saurait et tout le monde aurait le même ! On parle quand même ici d'un "vaisseau amiral" de la marque, une vitrine technologique qui se doit de donner l'exemple du savoir faire de Samsung !

 

Il est maintenant temps de m'en séparer. Est-ce que ça changé mon quotidien ? Pas forcément car c'est clairement plus un produit d'évolution que de révolution, comme l'était le S6/S6 Edge. Samsung a ainsi écouté ses clients en rectifiant bon nombre de caractéristiques facheuses sur le modèle précédent. De plus, mon usage n'est pas forcément axé sur les fonctions qui le distinguent de mon mobile actuel, le Galaxy Note 4, d'où le fait que je n'aie pas pu les valoriser.

 

J'ai néanmoins grandement apprécié la performance globale et le gain de temps qu'il procure. Je l'ai d'autant plus apprécié que, le temps de la réparation de mon Note 4, j'ai dû ressortir un antique iPhone 4, complètement à la ramasse côté performances et désormais insupportable à l'usage... Pour le reste, beaucoup de critères qui m'ont initialement fait choisir le Note 4 s'y retrouvent, dont parmis eux la possibilité de customiser son mobile grace à l'ouverture d'Android et l'écran AMOLED de taille généreuse, parfaitement maitrisé. Le retour de la possibilité d'extension mémoire est également un point fort qui le distingue, notamment, d'Apple et de sa politique tarifaire scandaleuse que Samsung avait tenté de reproduire l'année dernière.

 

Cela dit, comme je l'ai dit, ayant eu des pannes avec tous mes smartphones, sa réparabilité m'inquiète. Il est clair que la qualité du SAV de celui qui me le vendra rentrera dans la balance. La stabilité du firmware laisse également à désirer pour l'instant, avec de nombreux plantages (partiels ou complets) quotidiens. De plus, comme son prédécesseur, sa prise en main et les fonctions Edge ne m'ont pas convaincues. A défaut, le S7, fonctionnellement et techniquement très proche, un peu plus petit mais plus ergonomique, pourrait être un successeur digne d'intérêt à mon portable actuel !

 

Note : 8/10

 

Hello !

 

Dernier billet autour du Galaxy S7 Edge, et pas des moindre, aujourd'hui je reviens sur le casque de réalité virtuelle (ou VR pour "Virtual Reality"), le Galaxy Gear VR.

 

Occulus + Samsung = ?

 

Le casque donc est le résultat du partenariat entre Oculus (ceux qui fabriquent le modèle Rift dont tout le monde parle) et Samsung. Habitué du Cardboard de Google, ce qui m'a surpris en premier est le confort d'utilisation. Un réglage rapide des straps et hop, sans les mains !

Un contour en tissu gris détachable assure une tenue agréable du casque sur la tête. Il reste assez léger et on a pas d'impression de lourdeur à la longue. Il permet aussi d'être bien isolé de l'extérieur. En bonus, la fiche Jack est accessible et on peut venir y brancher un casque audio (coucou le double-casque).

 

Contrairement au Cardboard, le Gear VR se branche en USB au téléphone, étendant ainsi les possibilités de communication avec l'appareil (réglage du son déporté et interface tactile). Même si Samsung propose une croix directionnelle tactile sur le côté droit du casque, les contrôles sont encore trop approximatifs : on ressent bien le côté balbutiant de la VR grand public.

 

Lorsque vous le portez, vous avez forcément l'air un peu bêta. Le design élégant et pas si massif que ça du casque vous sauve du ridicule complet. On aurait aimé un modèle noir plus discret, mais c'est se donner bien de la peine pour une activité tout sauf discrète dans votre salon.

 

La 4ème dimension

 

A la connexion du téléphone sur le casque, une application Gear VR se lance et vous propose un hub d'applications (ou plutôt d'expériences) accessibles en local ou à télécharger. Rien que la vidéo d'introduction est gé-niale car bluffante d'immersion. J'ai eu l'occasion de tester le casque avec une dizaine de personnes ne connaissant pas ou peu la VR et tous ont trouvé l'expérience agréable.

 

Côté contenu, j'ai testé, en vrac, la vidéo introductive, l'afficheur de photos 360, les vidéos "Oculus 360" (promo GoPro, etc.) toutes très réussies - mention spéciale pour le surf, on s'y croirait; une expérience Jurassic World avec des dinosaures qui font peur et enfin l'expérience 360 du studio Dorcel, elle aussi très... Réussie .

 

Evidemment, le S7 présente une qualité visuelle satisfaisante mais qui trouve ces limites en VR. Pour une expérience vraiment HD, on ira vers le haut de gamme de la VR et autre modèle d'Oculus, le Rift. A noté, on peut très bien utiliser les applications pour le Google Cardboard avec le Gear VR : il suffit d'enficher le téléphone sans brancher le connecteur USB et le tour est joué. Enfin, un store Oculus dédié est embarqué et vous permet de rapidement acheter ou télécharger gratuitement une offre d'applications qui ne cesse de grandir.

 

Le mot de la fin

 

Je suis franchement très heureux d'avoir pu tester un Galaxy Gear avec le S7 : ses performances font de l'expérience VR un vrai bonheur... Pour l'instant. Au fur et à mesure que l'on y prend gout, on se dirigera vers des casques dédiés qui se connectent à un ordinateur plus puissant. Attention, le Gear VR n'est pas seulement un gadget mais plutôt l'entrée de gamme de la VR en mobilité. Il vous promet quelques heures d'expérimentations et de nombreux "Wooooooaw" en soirée: ambiance garantie.

 

L'exercice de la note globale est périlleux tant il faut condenser toutes nos impressions dans un seul chiffre. Le Galaxy S7 est une Rolls Royce, et si son prix est justifié par ces performances, je doute justement de la justification de celles-ci. Certes l'expérience est excellente. Mais un modèle moins cher comme le Nexus 5X n'a pas à palir en terme de performances en usage classique.

 

En main, le téléphone est très agréable à manier et son design soigné forcerai presque à crâner un peu. Si votre budget vous le permet et/ou qu'avoir un smartphone vous permettant de tester les dernières applications et contenus vidéo/3D/VR et indispensable à vos yeux, ce modèle est fait pour vous.

 

Bref, beaucoup de choses bien, quelques déceptions pour du haut de gamme. Aller, la note: 7/10.

 

Merci Sosh pour cette expérience, à bientôt pour d'autres tests !

 

Après la fameuse photographie de Mark Zuckerberg qui a fait tant parlé d'elle sur les réseaux sociaux, j'étais à la fois paniquée, effrayée et curieuse (oui tout ça à la fois) quant à la réalité virtuelle. Je parle évidemment de celle-ci. 

 

zuckerbergvr.jpg

 

Alors, je ne vous raconte pas ma surprise quand j'apprends que Sosh et Orange nous met à disposition un casque Oculus Gear VR compatible avec le SG7 !

 

Au début, j'étais totalement septique... Je ne voyais qu'un côté "gadget" à l'appareil. 

 

Et pourtant... 

 

Je déballe le casque en famille en ce week-end de Pâques.

Le coffret est très simple, il contient l'essentiel : 

• Le masque

• Les sangles de fixation à scratch

• Un mode d'emploi

 

Il suffit juste de télécharger l'application Oculus Vear sur le SG7 et c'est parti !

 

Tout est très intuitif. On décide de commencer par un jeu de pêche à la ligne. Oui, vous m'avez bien lu. Je mets le casque sur mes yeux et me voici sur un transat, une canne à pêche dans la main à droite et un lac devant moi. Je lève la tête, il fait beau. Tout ceci alors que je suis assise sur mon canapé dans mon salon. 

 

Mon père et mon frère ont voulu essayer. Mon père qui est tout sauf un "digital native" et qui a toujours un peu de mal avec les technologies prend aisement le contrôle du jeu avec le pavé tactile situé sur le haut du casque. Il nous surprend même à pêcher le plus gros poisson !

 

Nous avons passé un bon moment en famille, totalement hypnotisés par cette réalité virtuelle à porté de main.

 

 

12915139_10154107409624490_1306049856_o.jpg

 

 

Après ceci, j'ai navigué dans la boutique qui ne m'a pas forcément déçue. Certes, on peut s'attendre à un panel plus large de jeux ou d'expériences mais il y a déjà le nécessaire ! De la relaxation à des jeux d'horreurs, de course ou de stratégie, nous avons tout de même du choix. 

 

Seul petit bémol : après 20 minutes d'utilisation, le téléphone commence déjà bien à chauffer !

Oui, on peut brancher le casque sur secteur pour conserver la batterie du téléphone mais bien faire attention à la surchauffe de l'appareil !

 

Bilan :

 

En ce qui concerne le SG7, j'ai déjà donné mon avis général dans mon dernier commentaire. Je suis surprise par la performance de l'appareil mais pas forcément convaincue par le design. Néanmoins, je n'aurai jamais pensé que l'expérience de l'Oculus soit aussi bluffante. 

 

Note : 8/10

 

Bravo à Samsung pour cette belle innovation et cette entrée dans un nouveau monde. Ce n'est que le début et ça promet de belles choses... :smileyvery-happy:

Merci l'équipe de m'avoir fait confiance pour mes avis et à vous chers internautes pour votre lecture !